You are currently viewing Coulemelle, tout savoir sur ce champignon comestible

Son nom vous est familier et c’est bien normal ! La coulemelle, également appelée lépiote élevée ou parasol, est un délicieux champignon comestible à la taille imposante et au goût relevé. On la trouve assez facilement dans notre belle campagne française. Vous souhaitez apprendre à identifier ce champignon, repérer les “coins à coulemelle”, ne pas la confondre avec d’autres lépiotes toxiques ou encore la cuisiner dans une bonne petite recette ? Et bien installez-vous confortablement et suivez le guide !

[mo-optin-form id=”aVEDmuYFcA”]

Où trouver la coulemelle et à quelle période ?

La coulemelle est un champignon très commun en France que l’on peut trouver en octobre/ novembre et à la fin du printemps principalement.

Il se développe dans les bois, les pâtures, les prés ou encore au bord des routes de campagne.

Comment reconnaître la coulemelle ?

La coulemelle fait partie du groupe des lépiotes (grandes lépiotes). Dans ce groupe, on va avoir un pied qui se détache du chapeau (important). Cela veut dire que les lames sont libres.

Deuxièmement, les lames sont blanches et la sporée va être claire également.

Ensuite, vous avez un anneau. L’anneau est dit double ou complexe. Il est assez épais et coulissant. On peut le faire coulisser, de haut en bas, de bas en haut.

Confusions avec d’autres champignons

Pour savoir si c’est une bonne coulemelle, et pas potentiellement un champignon toxique de ce groupe, la taille va être importante. Ici, on est entre vingt et quarante centimètres. Il existe des petites lépiotes très dangereuses (mortelles).

Et pour savoir si c’est vraiment la coulemelle, parce qu’il existe aussi un champignon qui lui ressemble, en sous-bois, qu’on appelle la lépiote déguenillée, il faut regarder son pied. On dit qu’il est chiné.

Important : pour ne pas confondre avec d’éventuelles amanites toxiques, ou tout simplement pour ne pas confondre avec des amanites, vous allez regarder le pied qui est bulbeux, mais il n’y a pas comme un sac qui l’englobe. Le sac qui l’englobe, ça s’appelle une volve. Et chez les amanites, il y a une volve.

Comment consommer la coulemelle ?

Sur le dessus du chapeau, on dit qu’il y a des mèches. Ce qu’on mange, dans la coulemelle, c’est surtout son chapeau.

Alors à la poêle, c’est délicieux… De façon générale, les champignons, on va plutôt les cuire, c’est mieux, et on ne va pas en abuser. Ça se mange un peu comme un condiment.

Les mycotoxicologues parlent de ne pas dépasser 200g de champignons frais par semaine. Il vaut mieux donc ne pas trop dépasser cette limite.

À nouveau la coulemelle peut se présenter avec un chapeau fermé. À ce stade là elle est parfaitement consommable et on l’appelle “baguette de tambour.”

 AttentionLa cueillette de champignons comporte des risques. Ne mangez jamais un champignon dont vous n’êtes pas sûr(e) à 100% qu’il soit comestible. Faites appel à un mycologue pour vérifier votre cueillette ou 

FORMEZ-VOUS afin de connaître les règles de cueillette, avec Le Chemin de la Nature

 LA FORMATION CHAMPIGNONS

.

Apprenez à identifier, cueillir et cuisiner les champignons comestibles !

BON PLAN !

5% de réduction avec le code :

JARDINAUTES5

.

  • Garantie Satisfait ou remboursé à 100%

  • Plus de 1300 apprenants déjà inscrits

  • 100 % des élèves recommandent

Coulemelle : idée de recette

Cet article a été retranscrit à partir de la vidéo du Chemin de la Nature présentée au début de cet article.